Affiches autrichiennes

Stephanie Glax, 1911

Les affiches anciennes peuvent nous retracer d’une manière très concrète la vie d’époques révolues. Dès le tournant du siècle, un des affichistes les plus importants d’Autriche, Julius Klinger, prophétisa qu’un tel “art de la réclame” n’aurait pas une valeur éternelle mais que ces oeuvres “représenteraient peut-être dans cinquante ou cent ans des documents culturels recherchés pour la manière dont le commerçant vante sa marchandise au début du 20ème siècle”.

Au 18ème siècle, il existait déjà à Vienne de simples affichettes où on annoncait des manifestations. Ce n’est seulement qu’en 1890 qu’apparut à Vienne la vraie affiche illustrée en couleurs à la manière française. Vers le tournant du siècle, la réclame au moyen d’affiches – surtout dans le domaine commercial – prit un grand essor. A I’époque d’entre les deux guerres, ce fut l’affiche politique qui domina à côté d’une réclame de firmes pleine d’idées pour la plupart du temps et d’affiches de films très expressives. Les querelles souvent rudes et très aggressives des partis se réfléchirent vivement dans la publicité électorale des années vingt et trente. Mais l’aggréssivité de ces querelles fut cependant dépassée de beaucoup par I’intensité de la propagande nationalsocialiste des années qui allaient suivre. L’Autriche fut enfin libérée des dirigeants fascistes en 1945 – l’image offerte par les panneaux publicitaires changea tout d’un coup. D’abord, le manque en papier se fit encore sentir – il y eut principalement des affiches et des communiqués des quatre puissances d’occupation alliées; après le rétablissement de la situation démocratique en Autriche, il s’y ajouta la propagande des partis politiques. Le début de l’essor économique se reflèta dans l’essor de la réclame commerciale mais des affiches de films comme celle du “Troisieme home” montrent des caractéristiques de la vie dans la Vienne de l’après-guerre.

Beitrag teilen: